Clémentine nous parle de sa vie de webmaster et de maman

Je partage avec vous aujourd’hui ma petite expérience de travailleuse libérale que je combine depuis peu avec celle de maman. Il y a quelques mois, je suis devenue maman et mon quotidien a été complètement bousculé. Il m’a fallu faire preuve d’ingéniosité pour retrouver mon équilibre. 

Des débuts pénibles

J’ai toujours voulu exercer un métier libéral. L’archétype de la femme bureaucrate qui n’a pas de temps à passer avec ses enfants, ce n’était pas l’idée que je me faisais de ma vie de ménage. De l’autre côté, je me voyais très mal jouer les femmes au foyer à faire le ménage et les courses à longueur de journée. Le métier de webmaster était un bon compromis entre les deux et j’avoue que je me sentais très épanouie jusqu’à ce que j’aie mon bébé.

Tout a basculé à ce moment-là. Mon métier demande de la concentration et avec un bébé, celle-ci devient une denrée très rare. Travailler à la maison n’était plus vraiment ce que c’était. Mes débuts ont été très difficiles. Entre le clavier, les couches, les biberons et les crises de larmes, j’ai mis beaucoup de temps à prendre mes marques. J’ai dû chercher mon salut quelque part et c’est sur ce site que je l’ai trouvé, avec la veilleuse.

La fabuleuse expérience de la veilleuse

En réalité, mon bébé n’était pas très difficile, mais elle avait besoin d’une raison supplémentaire de ne pas se réveiller toutes les 15 minutes. En gros, elle avait le sommeil très léger et une fois qu’elle se réveillait, elle me demande beaucoup d’attention.

Lorsque j’ai pris la veilleuse, je me suis également un peu documenté sur le sujet et cela a payé car j’ai tout de suite remarqué le changement. J’avais installé mon bureau juste à côté de la sienne pour pouvoir être au calme tout en n’étant pas trop loin pour réagir quand elle avait besoin de moi.

Avec la fonction automatique de la veilleuse, une fois qu’elle se réveillait, celle-ci se déclenchait automatiquement pour l’occuper le temps de finir ce que je fais pour m’occuper d’elle. C’était un bonheur de l’entendre désormais bredouiller ce qui était ses premiers mots à la place de ses pleurs inhabituels.

En fin de compte, je travaillais bien mieux et ma fille était aux anges.

 

PS : Si votre veilleuse n’a pas la fonctionnalité “sonore”, je vous propose alors de pourquoi pas mettre un son que vous trouverez sur internet comme celui que je vous partage ci dessous

 

Un autre témoignage ?

Viens lire celui de Damien !